Aller au menu Aller au contenu Aller à la recherche

Découvrir la ville

Saint-Germain-en-Laye, ville royale appréciée pour sa grande qualité de vie et la richesse de son patrimoine à proximité de Paris.

Dix siècles d'histoire

Bien que les premières traces d'habitation datent du VIIème siècle, on s'accorde à reconnaître que les origines de Saint-Germain-en-Laye remontent au début du XIème siècle lorsque le roi Robert II le Pieux, qui aimait chasser dans la forêt de Laye, fit construire un monastère à l'emplacement de l'actuelle église Saint-Germain.

La vocation royale de la ville date de 1124 lorsque Louis VI le Gros fit construire une résidence royale à proximité de l'ancien monastère. Détruite en 1346, reconstruite et maintes fois transformée, cette résidence constitue le château actuel (Château-Vieux) dont la chapelle érigée en 1235 à la demande de Saint-Louis reste le seul élément d'origine. Un autre château (Château-Neuf), dont les jardins en terrasses dominaient la Seine, a été construit en 1556 par Henri II, puis agrandi et embelli par Henri IV, mais il n'en reste aujourd'hui que quelques vestiges dont le Pavillon Henri IV, ancienne aile nord du château où naquit Louis XIV, le futur Roi Soleil, en 1638 et qui abrite aujourd'hui un hôtel restaurant.



Si le Château Neuf existait toujours, voici à quoi il ressemblerait !



La ville et ses châteaux furent intimement liés à l'histoire de France :
mariage de François d'Angoulême, futur François Ier, en 1514 ; naissance de Henri II en 1519 ; naissance de Charles IX en 1550, édit visant à mettre un terme aux guerres de religion en 1570 (la "Paix de Saint-Germain"), signature d'un traité en 1679 entre Louis XIV, l'empereur d'Autriche, le roi de Suède, le Prince Electeur de Brandebourg et divers autres princes (connu sous le nom de "traité de Nimègue").

Abandonné par Louis XIV en 1682 après la construction du château de Versailles, le Château-Vieux accueillit Jacques II d'Angleterre (roi d'Ecosse sous le nom de Jacques VII), cousin de Louis XIV exilé en France après sa défaite contre Guillaume d'Orange. Jacques II y résidera avec sa famille jusqu'à sa mort en 1701. Il est inhumé dans l'église Saint-Germain.

Après une longue période au cours de laquelle il changera plusieurs fois de destination (pendant la Révolution, il servira de prison et Rouget de Lisle, auteur de l'hymne national La Marseillaise, y sera enfermé), le Château-Vieux sort de l'oubli en 1867 lorsque Napoléon III décide d'y créer le Musée des Antiquités Nationales, qui reste sa principale fonction actuelle.

Saint-Germain-en-Laye, ville d'art et de culture


Claude Debussy
y naquit en 1862 et sa maison natale est aujourd'hui un musée dédié au célèbre compositeur. Molière y obtint de Louis XIV la reconnaissance officielle de sa troupe qui devint Troupe du Roy. Alexandre Dumas y commanda la Garde nationale et y dirigea le théâtre. C'est à Saint-Germain-en-Laye qu'il écrivit les Trois Mousquetaires et le Comte de Monte-Cristo et son fils la Dame aux camélias. Maurice Denis, un des principaux peintres du groupe des nabis avec Bonnard, a longuement résidé à Saint-Germain et sa propriété est devenue un musée consacré aux symbolistes et aux nabis. La ville a attiré de très nombreux autres personnages illustres : princes, poètes et écrivains, philosophes, musiciens et peintres.

Saint-Germain-en-Laye, une ville qui sait concilier passé prestigieux et modernité au service d'une grande qualité de vie

Grâce à la présence du Roi et de la Cour à Saint-Germain pendant des siècles, la Ville compte de nombreux hôtels de maître remarquables. Son centre, constitué d'un réseau de petites rues, est propice à la promenade. Avec quelque 800 commerces et un marché ouvert presque tous les jours de la semaine, Saint-Germain est le premier centre commercial à ciel ouvert de l'ouest parisien et nombreux sont ceux qui viennent des villes voisines pour y faire leurs courses.

Nichée au cœur de la forêt qui fait partie de son territoire, la Ville est un véritable poumon vert de plus de 3500 hectares qui attire de nombreux promeneurs en fin de semaine.

Une Ville aux dimensions humaines

Son immense Terrasse dessinée par Le Nôtre, qui jouxte le château et surplombe la vallée de la Seine, offre un lieu de promenade et un panorama uniques à moins de 20 km de Paris (liaison directe avec la capitale par train RER au départ du château en moins de 30 minutes).


Edition 2010 des journées du Patrimoine et Cadre de vie


Riche d'un lycée international très prisé, de multiples établissements d'enseignement public et privé, d'un théâtre, de cinq salles de cinéma, d'une piscine olympique, d'une école de musique, de plusieurs centres culturels et socio-culturels, de centaines d'associations, d'un vaste complexe multisports (où s'entraînent notamment les footballeurs professionnels du Paris-Saint-Germain - PSG -), de nombreux hôtels et restaurants, Saint-Germain offre une vaste palette d'activités et de loisirs à ses 43 000 habitants et à ses hôtes et combine ses qualités intrinsèques de ville de province avec les avantages que procure la proximité de Paris.

Des concerts sur le kiosque de la Terrasse du château en juin et juillet, la Fête des Loges en juillet et août, fête foraine qui attire plus de 2 millions de visiteurs chaque année, les journées "cadre de vie" en septembre, où la ville est rendue aux piétons l'espace d'une fin de semaine, un festival de musique (l'Estival) en octobre, des concerts de l'Avent sur les grandes orgues de l'église Saint-Germain et le marché de Noël en décembre contribuent à l'animation de la ville une grande partie de l'année.

Enfin, jumelée avec Aschaffenburg (Allemagne), Temara (Maroc), Ayr (Ecosse), Winchester (Etats-Unis) et Konstancin (Pologne), Saint-Germain manifeste son ouverture sur l'extérieur en accueillant au sein de sa population un pourcentage élevé de familles de l'Union européenne ou du reste du monde attirées par la réputation du lycée international et une ville aux dimensions humaines renommée pour sa grande qualité de vie.