Aller au menu Aller au contenu Aller à la recherche
Les jeunes du foyer Ensemble et de Sciences Po réunis autour du projet Santiano

Solidarité
21.07.2017

Projet Santiano

Dans le cadre d’un projet de l’association Nés sous la même étoile, une dizaine d’étudiants de Sciences Po Saint-Germain se sont rendus pendant un an, une fois par semaine, au foyer Ensemble.


Les jeunes du foyer Ensemble et de Sciences Po réunis autour du projet Santiano

L’objectif ? Échanger et apprendre les uns des autres.

Enzo Villalta a 16 ans lorsqu’il crée l’association Nés sous la même étoile en 2015. Sa volonté de proposer une formation parallèle aux études classiques et son attachement à l’idée d’égalité des chances le motivent dans cette initiative. « On a commencé par faire des collectes de jouets et de vêtements dans quatre lycées à Aix, explique-t-il. On a continué avec des cours à domicile, de l’aide aux familles et des travaux pédagogiques, notamment en foyer ». L’association qui compte une dizaine de projets est présente à Aix-en-Provence, Marseille, Paris et Saint-Germain-en-Laye, la ville dans laquelle Enzo étudie depuis un an.

Un projet lancé début 2017

À Sciences Po Saint-Germain, il rencontre Johan Goncalves, étudiant en première année ayant passé trois années en foyer socio-éducatif. Ensemble, ils lancent le projet Santiano (comme toutes les missions de l’association, son titre est celui d’une chanson). Leur objectif : établir un lien avec un foyer afin d’échanger avec des jeunes. Ils se tournent vers le foyer Ensemble Danièle Saruhan-Opatowska, situé rue Bergette. L’établissement héberge 36 garçons de 13 à 21 ans encadrés par des professionnels qui les aident à s’insérer socialement et professionnellement. Johan, Enzo et les étudiants de Sciences Po Saint-Germain commencent à travailler avec l’établissement en janvier 2017.
Les interactions entre les étudiants et les jeunes du foyer sont nombreuses : « On se rendait au foyer minimum une fois par semaine, témoigne Johan. Parfois, on venait avec une idée en tête, pour un atelier de dessin, un cours de taekwondo ou pour faire des préparations pour les entretiens d’embauche. Mais il nous est également arrivé de venir, juste pour discuter ». Parmi les réalisations nées de ce projet, un micro-trottoir sur la vie politique et un match de foot. Si les jeunes du foyer ont été battus 2 buts à 0, ils entendent bien créer une équipe l’année prochaine et prendre leur revanche.

Des apports mutuels

Au terme de six mois d’échanges, Santiano est une réussite aux yeux de tous. Guillaume Pol Lajaima, directeur adjoint du foyer, se réjouit de cette initiative qu’il a encouragée. Pour lui, il s’agit « d’une occasion unique de faire prendre conscience aux acteurs du projet de tous les points communs qu’ils peuvent avoir. On remarque qu’un vrai lien se crée au fil des semaines ». Les étudiants de Sciences Po ont pour leur part beaucoup appris : « C’est vraiment un apport mutuel » témoigne Johan. Thierry, élève de terminale S résidant au foyer tire également un bilan positif : « Au début, c’était pas facile. On appréhendait que les étudiants de Sciences Po aient des préjugés sur nous. Mais ils sont comme nous ». Santiano reprendra en septembre et pourra compter sur de nouvelles recrues. Les idées ne manquent pas pour l’année prochaine : suivi plus régulier pour le bac, aide à l’apprentissage du français mais également activités culturelles…


Le saviez-vous ?

Le foyer Ensemble Danièle Saruhan-Opatowska fait partie de l’association OSE (Oeuvre de secours aux enfants) reconnue d’utilité publique. Créée en 1912 à Saint-Pétersbourg par des médecins de la communauté juive, l’association s’est déplacée en Allemagne, avec pour président d’honneur Albert Einstein, puis en Alsace-Lorraine. Sous le régime de Vichy, elle mène une activité clandestine permettant à environ 5 000 enfants d’échapper à la déportation. Après-guerre, OSE ouvre des foyers dans toute la France, dont celui de Saint-Germain-en-Laye.