Culture

[Micro-Folie] Une heure, une oeuvre

En une heure, partez à la découverte d'une œuvre présentée par Emmanuelle Loizeau, docteur en histoire de l’art et conférencière nationale. Découvrez les dates et les thèmes.

Description

Au programme

  • Samedi 19 octobre de 17h à 18h
    Thème : Le Radeau de la Méduse de Géricault (Louvre)
    Œuvre majeure dans la peinture française du XIXe siècle, Le Radeau de la Méduse fait figure de manifeste du Romantisme. Présenté au Salon de 1819, l'oeuvre représente un fait divers qui intéressa beaucoup Géricault pour ses aspects humains et politiques, le naufrage d’une frégate en 1816 près des côtes du Sénégal, avec à son bord plus de 150 soldats. Le peintre se documenta précisément puis réalisa de nombreuses esquisses avant de camper sa composition définitive qui illustre l’espoir d’un sauvetage.
  • Samedi 23 novembre  de 17h à 18h
    Thème : La Joconde de Léonard de Vinci (Louvre)
    Représentant Lisa Gherardini, épouse de Francesco del Giocondo, marchand d'étoffes florentin, dont le nom féminisé lui valut le « surnom » de Gioconda, francisé en « Joconde », le portrait fut probablement commencé à Florence vers 1503. Cependant l'histoire de La Joconde demeure obscure : ni l'identité du modèle, ni la commande du portrait, ni le temps pendant lequel de Vinci y travailla, voire le conserva, ni encore les circonstances de son entrée dans la collection royale sous François Ier ne sont des faits clairement établis.
  • Samedi 14 décembre de 17h à 18h
    Thème : La Victoire de Samothrace (Louvre)
    Très tôt en Grèce, la représentation de la victoire a été personnifiée sous les traits d'une déesse ailée, descendant sur terre pour faire honneur au vainqueur. Fidèle à cet esprit, le monument érigé dans le sanctuaire des Grands Dieux de Samothrace au début du 2e siècle av. J.-C. représente une Victoire se posant sur l'avant d'un navire de guerre, pour commémorer sans doute une victoire navale. Par la virtuosité de sa sculpture et par l'ingéniosité de sa construction ce monument est un chef-d'oeuvre inégalé de la sculpture grecque d'époque hellénistique.
  • Samedi 18 janvier de 17h à 18h
    Thème : Les Raboteurs de parquet de Caillebotte (Orsay)
    Présenté au Salon de 1875, le tableau, refusé par le Jury, constitue une des premières représentations du prolétariat urbain. Si les paysans (Des glaneuses de Millet) ou les ouvriers des campagnes (Casseurs de pierres de Courbet) ont souvent été montrés, les ouvriers de la ville ont très rarement fait l'objet de tableaux. Contrairement à Courbet ou Millet, Caillebotte, bourgeois aisé, n'introduit aucun discours social, moralisateur ou politique dans son oeuvre. L'étude documentaire (gestes, outils, accessoires) le place parmi les réalistes les plus chevronnés.
  • Samedi 1 février de 17h à 18h
    Thème : La Mariée de Niki de Saint-Phalle (Pompidou)
    En 1963 et 1964, se souvenant de sa mère prisonnière d’un système de valeurs contre lequel elle ne s’était pas révoltée, et alors qu’elle-même fut très tôt épouse et mère, Niki de Saint Phalle conçoit dans l’ancienne Auberge du cheval blanc à Soisy-sur-École, où elle vit avec Jean Tinguely, une série de travaux qui fustigent les différents statuts sociaux de la femme : femme mariée, mère qui accouche, dévoreuse d’enfants, putain ou sorcière… Si certaines de ces représentations font encore corps avec le support-tableau, très rapidement elles prennent leur autonomie et sortent de la surface. Souffrante et pathétique, la figure de la mariée exprime la révolte de l’artiste contre toute forme de règle, de hiérarchie et de tabou et semble annoncer la fin de la domination masculine.
  • Samedi 14 mars de 17h à 18h
    Thème : Manteau aux 3 villages, civilisation amérindienne (Branly)
    Attribuée aux Indiens Quapaw de la moyenne vallée du Mississipi et datant du milieu du XVIIe siècle, cette peau met en scène des guerriers qui partent de trois villages pour combattre. L'un des villages s'appelle Arkansas et va donner son nom à la région. C'est la première mention connue de ce nom. L'oeuvre d'inspiration amérindienne porte déjà en elle des traces de métissages mélangeant armes traditionnelles et fusils. 

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Horaires

De 17h à 18h

Public

Tout public

[Micro-Folie] Une heure, une oeuvre
  • De 17h à 18h

  • De 17h à 18h

  • De 17h à 18h

  • De 17h à 18h

  • De 17h à 18h

  • De 17h à 18h

1 Place des Rotondes, Quartier du Bel-Air, Saint-Germain-en-Laye

Menu de sommaire