Description

Après l’électricité et l'eau : le gaz. Saint-Germain-en-Laye se munie de compteurs gaz connectés pour accompagner sa transition énergétique et faciliter la vie des utilisateurs

Après les compteurs d’eau installés par Suez et d’électricité installés par Enedis, filiale d’EDF, Saint-Germain-en-Laye est désormais totalement équipée de compteurs communicants gaz. Un déploiement qui a commencé le 1er juillet et a pris la suite des simples poses “d’opportunité” qui avaient pour objet de remplacer les compteurs au cas par cas.
Michel Piazza, directeur territorial Essonne - Yvelines - Val d’Oise à la Direction GRDF Clients territoires Île-de-France, revient sur le déploiement des 6900 compteurs saint-germanois auprès du Journal de Saint-Germain-en-Laye.

Le Journal de Saint-Germain.- Les installations de compteurs communicants gaz sont-elles achevées à Saint-Germain ?
Michel Piazza.- Oui. Nous avons tenu notre perspective de déploiement qui était fixée, à fin septembre, entre 95% et 100% de couverture.

Le JSG.- De quelle manière avez-vous procédé ?
Michel Piazza.- Nous avons commencé par le centre-ville puis progressé vers les autres quartiers.

Le JSG.- A titre de comparaison, où en sont les autres villes du département ?
Michel Piazza.- Le déploiement de ces compteurs dans les Yvelines s’élève à environ 30%, ce qui représente à peu près 90 000 clients particuliers.

Le JSG.- Quels sont les avantages du compteur connecté gaz ?
Michel Piazza.- Le client ne paie plus sur la base d’une consommation estimée, mais sur la relève réelle, permettant de mettre en place des gestes afin de faire des économies d’énergie. Agir sur la consommation implique de pouvoir la mesurer. Alors que les données de consommation étaient jusqu’à présent relevées tous les six mois, les clients disposent désormais de données quotidiennes grâce aux compteurs communicants pour mieux suivre et agir sur leur consommation.

Le JSG.- Après la polémique sur les compteurs “Linky”, avez-vous fait des tests sur d’éventuelles ondes ?
Michel Piazza.- L’Agence Nationale des Fréquences (ANFR) a réalisé des mesures sur les compteurs “Gazpar”, en laboratoire et in situ. La conclusion du rapport, paru en décembre 2016, est la suivante : “Les niveaux mesurés d’exposition aux ondes des compteurs Gazpar apparaissent donc faibles et sont très inférieurs à la valeur limite réglementaire fixée par décret, qui est de 28 V/m pour la fréquence d’émission de 169 MHz”. En savoir plus sur www.grdf.fr/particulier


Total connection in Saint-Germain : gas after water and electricity

As the first part of energy transition, connected meters make life easier for users. After water meters installed by Suez and electricity ones by Enedis, part of EDF, Saint-Germain now has everywhere communicating gas meters. Placing them started on July 1st instead of replacing old ones one by one. Michel Piazza, territory director for Essonne-Yvelines-Val d’Oise at GRDF Clients territories Ile-de-France talks about the 6900 Saint-Germain meters.


Le Journal de Saint-Germain : Is installation of the communicating gas meters finished in Saint-Germain ?
Michel Piazza : Yes. We have stuck to our perspective, which was 95 to 100 percent of meters installed by end of September.

Le JSG : How did you proceed ?
Michel Piazza:
We started in the city centre and then continued in other parts of the city.

Le JSG : What about the other cities of our département ?
Michel Piazza :
In the Yvelines, the rate of installation is about 30 percent, which means some 90 000 individual clients.

Le JSG: What are the advantages of the connected meters ?
Piazza: The client no more pays on the basis of an estimation, but of a real consumption, which allows for measures to save energy.
To act on one’s consumption, one must measure it. Until now, data about consumption were registered every six months, now clients have everyday data thanks to communicating meters to better control and act on what they use.


Le JSG: After the controversy on Linky meters, did you do tests on possible waves ?
Michel Piazza : The Agence Nationale des Fréquences (national agency for frequencies), the ANFR, made measures on Gazpar meters, in laboratories and in situ. The conclusion of the report, published in December 2016 is the following: “the measured levels of exposition to waves of Gazpar meters appear as weak and are very below to the limit value by regulation fixed by decree, which is 28 V/m for the emission frequency of 169 MHz”.
www.grdf.fr/particulier

Julia Robinson

Menu de sommaire